La place des femmes en sciences et technologies

Malgré la forte présence des femmes sur le marché du travail et sur les bancs d’universités, celles-ci sont toujours très minoritaires dans le domaine de la science et de la technologie, comme étudiantes, mais encore plus comme chercheuses.

L’origine de ce déséquilibre continue de soulever des questions, des questions qui sont étudiées depuis déjà plusieurs années par notre invitée, une femme de science, une meneuse qui n’a jamais hésité à sortir des sentiers battus et à suivre ses convictions et ses intérêts.

Nadia Ghazzali est rectrice de l’Université du Québec à Trois-Rivières depuis le 1er février 2012. Auparavant, elle fut professeure au Département de mathématiques et de statistique de l’Université Laval pendant la plus grande partie de sa carrière et titulaire de Chaire CRSNG-Industrielle Alliance pour les femmes en sciences et génie au Québec. Elle a également occupé plusieurs postes de direction de l’Université Laval, dont celui de vice-rectrice adjointe à la recherche et d’adjointe au vice-recteur à la recherche de cet établissement, ainsi que celui de vice-doyenne au développement et à la recherche de la Faculté des sciences et du génie (FSG). Nadia Ghazzali est également membre de l’Académie Hassan II en sciences et techniques du Maroc et secrétaire générale de l’International Network of Women Engineers and Scientists (INWES).

Merci à la Fondation familiale Trottier et au Fonds de recherche du Québec pour sa contribution à la production de cette émission.

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 45.4 Mo

 

Diffusion

L’émission sera également disponible en téléversement sur cette page et en baladodiffusion sur la page Université de Montréal de iTunes U à partir du dimanche 7 octobre

Pour en savoir plus

Série

Cette émission fait partie d’une série sur l’université, les bouleversements qu’elle connaît et ses défis. Pour en savoir plus, visiter le lien enseignement dans la colonne de gauche.