Émissions

Dernier ajout : 26 avril 2017.

Derniers articles

Une agriculture qui goûte autrement

Jeudi 27 septembre 2012, par Normand Mousseau // Émissions

La population mondiale a atteint les 7 milliards d’individus à la fin octobre 2011. Il est aujourd’hui possible de nourrir ces 7 milliards de bouches grâce à une production alimentaire beaucoup plus efficace qu’il y a encore une cinquantaine d’années.

Cette efficacité, toutefois, s’est confondue avec une production déshumanisée, aseptisée et homogénéisée. Une production qui ne satisfait plus les nombreux consommateurs qui sont à la recherche de saveurs et de particularités qui redonnent à l’alimentation toute la richesse d’autrefois.

Mais au-delà, de ce discours, maintes fois rabâché, quelle est la réalité du terrain et du terroir ?

Hélène Raymond, journaliste, animatrice à Radio-Canada et passionnée d’alimentation et d’agriculture nous éclaire sur cette question. Commandeure spéciale de l’Ordre national du mérite agricole, Hélène Raymond est l’auteure de Goût du monde ou saveur locale ? publié aux Éditions MultiMondes en 2009 et, en collaboration avec Jacques Mathé, du livre Une agriculture qui goûte autrement, publié chez le même éditeur en 2011.

Merci à la Fondation familiale Trottier et au Fonds de recherche du Québec pour sa contribution à la production de cette émission.

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 44.9 Mo

 

Diffusion

L’émission sera également disponible en téléversement sur cette page et en baladodiffusion sur la page Université de Montréal de iTunes U à partir du dimanche 30 septembre

Pour en savoir plus

Série

Cette émission fait partie d’une série sur l’alimentation et ses défis alors que la population mondiale dépasse le 7 milliards d’individus. Pour en savoir plus, visiter le lien alimentation dans la colonne de gauche.

Voyages en Antarctique, le cinquième continent.

Mardi 18 septembre 2012, par Normand Mousseau // Émissions

L’Antarctique est le seul continent à avoir résisté à l’envahissement de l’Homo sapiens. Territoire hostile par excellence, il fascine également par son mystère. Cette terre de plus de 14 millions de km carrés, presque une fois et demi le Canada, est à plus de 1000 km de son voisin le plus près, l’Amérique du Sud. Elle est recouverte en permanence de neige et de glace sur plus de 98 % de sa superficie, une calotte qui dépasse les 4000 m par endroits, soit plus de 4 fois le mont Tremblant.

Peu de gens ont eu l’occasion de visiter ce continent. Encore moins de l’explorer et d’y vivre. C’est le cas, toutefois, de notre invité d’aujourd’hui, le géophysicien Alain Royer, professeur titulaire au Département de géomatique appliquée de l’Université de Sherbrooke. Ses travaux, qui portent sur les applications des outils de télédétection pour l’étude de l’environnement dont les changements climatiques et le calcul des précipitations, l’ont amené récemment à passer quelque temps en Antarctique.

Merci à la Fondation familiale Trottier et au Fonds de recherche du Québec pour sa contribution à la production de cette émission.

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 46.6 Mo

 

Diffusion

L’émission sera également disponible en téléversement sur cette page et en baladodiffusion sur la page Université de Montréal de iTunes U à partir du dimanche 23 septembre

Pour en savoir plus

Série

Cette émission s’inscrit dans le cadre d’une série sur les pôles. Pour suivre les autres émissions de cette série, visitez l’onglet « Planète » sur la gauche de cette page.

Une espèce rare — le scientifique communicateur

Dimanche 9 septembre 2012, par Normand Mousseau // Émissions

On reproche souvent aux scientifiques de ne pas participer aux grands débats qui animent notre société, préférant plutôt rester cloîtrés dans leurs laboratoires.

Or, de nombreuses barrières s’élèvent contre cette participation. Tout d’abord, les scientifiques travaillent dans des environnements de plus en plus spécialisés. Dans un tel contexte, où ils ne parlent vraiment qu’à des gens qui s’intéressent aux mêmes questions pointues, ils se sentent souvent incapables de se positionner sur des sujets qui recoupent leurs expertises, mais qui couvrent aussi beaucoup plus large.

C’est que les grandes questions qui préoccupent la société sont généralement interdisciplinaires, ce qui fait qu’il est très rare qu’un chercheur puisse simplement passer du laboratoire à l’entrevue sans un travail supplémentaire pour relier ses recherches aux autres disciplines, un travail parfois ardu que tous ne se sentent pas en mesure d’accomplir.

Heureusement, certains scientifiques, par goût, par défi ou par sens du devoir, n’hésitent pas à sauter dans l’arène médiatique où, souvent, la nuance et la réserve ne trouvent pas écho. Des scientifiques comme le physicien Rémy Mosseri, un de ces rares scientifiques qui mènent avec une facilité déconcertante une carrière en recherche bien chargée de front avec des activités de vulgarisation scientifique impliquée.

Chercheur, Rémy Mosseri est aussi vulgarisateur scientifique et auteur, avec « Léon Brillouin, 1889-1969 : à la croisée des ondes » publié aux Éditions Belin, en 1999, et, plus récemment, « Le climat à découvert », dirigé avec Catherine Jeandel et publié aux Éditions CNRS.

À l’occasion d’un passage à Paris, je rencontre ce scientifique, chercheur au Conseil national de recherche scientifique français, à son bureau au laboratoire de physique théorique des liquides à l’Université Pierre et Marie Curie de Paris.

Merci à la Fondation familiale Trottier et au Fonds de recherche du Québec pour sa contribution à la production de cette émission.

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 46.1 Mo

 

Diffusion

L’émission sera également disponible en téléversement sur cette page et en baladodiffusion sur la page Université de Montréal de iTunes U à partir du dimanche 16 septembre.

Pour en savoir plus

Quand l’histoire rencontre le futur

Samedi 1er septembre 2012, par Normand Mousseau // Émissions

Lorsqu’on pense au métier d’historien, on imagine presque immanquablement une chercheuse ou un chercheur penché sur un manuscrit poussiéreux, au milieu d’archives de toutes sortes, retranscrivant péniblement les textes anciens et cherchant à tirer de cet ensemble de faits épars un fil conducteur qui éclairera le passé et, de là, le présent.

On ne se trompe pas trop en affirmant que cet aspect du métier d’historien est toujours valide aujourd’hui. Mais les chercheurs en sciences humaines sociales découvrent que la nouvelle technologie peut faciliter la compréhension de notre passé, mais aussi la façon dont on présente la réalité humaine, une réalité qui n’est toujours bien représentée par la relation souvent linéaire imposée par les médias traditionnels que sont les livres et les articles scientifiques.

Si la technologie, comme on vient de le voir, permet de changer la façon de faire de l’histoire, celle-ci ouvre également de nouvelles avenues quand vient le temps de la raconter. Spécialiste des aspects sociopolitiques du Montréal d’avant 1800, notre invité d’aujourd’hui, l’historien Léon Robichaud, professeur agrégé à l’Université de Sherbrooke, se passionne également, depuis le début des années 1990, pour les technologies de l’information et leur utilisation dans le développement de nouvelles approche pour raconter l’histoire.

Délaissant le livre et l’article, il a ainsi participé au développement de nombreux sites internet qui permettent aux citoyens de découvrir leur patrimoine, qu’il s’agisse de l’inventaire patrimonial de la ville de Montréal ou du site La Torture et la vérité : Angélique et l’incendie de Montréal, un des Grands mystères de l’histoire canadienne, qui s’adresse autant aux jeunes du primaires qu’aux universitaires.

Merci à la Fondation familiale Trottier et au Fonds de recherche du Québec pour sa contribution à la production de cette émission.

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 36 Mo

 

Diffusion

L’émission sera également disponible en téléversement sur cette page et en baladodiffusion sur la page Université de Montréal de iTunes U à partir du dimanche 9 septembre 2012.

Pour en savoir plus

Saison 2012-2013 - encore plus de science !

Lundi 27 août 2012, par Normand Mousseau // Émissions

La deuxième saison de La Grande Équation arrive à grand pas. Elle débutera le jeudi 6 septembre 2012, sur les ondes de Radio Ville-Marie, à 13h30, la même heure que l’année dernière, en rediffusion le samedi 16h00.

Toute l’équipe a travaillé très fort pour préparer cette nouvelle saison qui se déroulera dans un nouveau format d’une heure grâce, entre autres, de la Fondation familiale Trottier, du Fonds de recherche du Québec, de la Fondation des chaires de recherche du Canada et de l’Université de Montréal.

Au programme cette saison, des rencontres avec de grands chercheurs québécois, récipiendaire de prix prestigieux, et des jeunes chercheurs-étoiles identifiés par le Fonds de recherche du Québec, quelques séries — sur les pôles, les ressources minières, l’université et les mathématiques de la planète —, et bien plus.

Plusieurs des émissions de cette année sont le résultat de vos suggestions. Alors, n’hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos commentaires !

Comme toujours, l’émission sera aussi disponible sur le site de La Grande Équation ainsi que sur iTunes U afin de nous assurer que vous pourrez continuer à écouter votre émission de vulgarisation scientifique où et quand vous le désirez.

Bonne saison 2012-2013 !

Normand Mousseau et toute l’équipe de La Grande Équation

Bon été à tous !

Samedi 9 juin 2012, par Normand Mousseau // Émissions

La saison 2011-2012 de La Grande Équation, sa première saison, est terminée.

Je voudrais donc en profiter pour offrir quelques remerciements bien mérités à tous ceux qui ont contribué à faire de cette émission de vulgarisation scientifique un succès.

Tout d’abord, merci à Jean-Guy Roy, qui vient tout juste de quitter son poste de directeur général à Radio Ville-Marie, et à Claudette Lambert, directrice de la programmation, pour leur confiance dans cette émission.

Merci à toute l’équipe de Radio Ville-Marie et, en particulier, à Daniel Fortin, qui est formellement responsable de la technique pour la Grande Équation, mais qui est également formateur auprès des animateurs et critique constructif quant au format et au contenu des émissions.

Merci à Marc-André Miron, qui a assuré l’envoi des courriels et la mise sur internet de tous les épisodes, et à Aubert Landry, du Bureau des communications et des relations publiques à l’Université de Montréal, qui s’est assuré de la visibilité de l’émission auprès de tous les membres notre communauté universitaire. Merci à Ginette Beaulieu, qui a accepté de jouer un nouveau rôle cette année en devenant productrice déléguée.

Notre émission a été financée cette saison par la Fondation des chaires du Canada et , de manière très gracieuse, par le Fonds de recherche du Québec, Nature et technologies.

Finalement, au nom de toute l’équipe, je voudrais vous remercier, vous chère auditrice, cher auditeur, pour votre présence et vos commentaires positifs tout au long de notre première saison.

Je vous annonce déjà que nous serons de retour dans un format d’une heure à partir de septembre prochain et, que d’ici là, vous pourrez réécouter une sélection de nos entrevues au cours de l’été sur les ondes de Radio Ville-Marie.

Comme toujours, vous pourrez réentendre toutes nos émissions en vous rendant sur le site web de La grande équation. Celles-ci sont aussi disponibles sur la page Université de Montréal de iTunes U.

Au plaisir de vous retrouver à l’automne. D’ici là, passez un bon été et n’hésitez pas à me contacter pour des suggestions et commentaires.

La science sur la plage

Mercredi 30 mai 2012, par Normand Mousseau // Émissions

Avec l’arrivée de l’été, il fait souvent bon de s’installer tranquillement à l’ombre d’un grand arbre ou sous un parasol pour enfin plonger à belles dents dans les romans et autres livres que nous avons accumulés au fil de l’année et que nous n’avons pas même eu le temps d’ouvrir.

Malgré cette pile qui nous nargue, il ne faut pas hésiter à faire le livre buissonnier, et à délaisser pour un nouveau texte qui vient tout juste d’attirer notre regard.

C’est un peu ce que je vous propose aujourd’hui, pour la dernière émission de la saison 2011-2012. Des livres reliés à la science que vous voudrez apporter avec vous à la plage pour vous détendre en vous plongeant dans votre sujet préféré !

Voici les livres couverts dans l’émission :

Merci à la Fondation familiale Trottier et au Fonds de recherche du Québec pour sa contribution à la production de cette émission.

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 58.6 Mo

 

Diffusion

Jeudi 31 mai à 13h30 sur les ondes de Radio Ville-Marie (91,3 FM)
Samedi 2 juin à 16h00, en rediffusion

L’émission sera également disponible en téléversement sur cette page et en baladodiffusion sur la page Université de Montréal de iTunes U à partir de dimanche 3 juin.

L’électrification des transports

Mardi 22 mai 2012, par Normand Mousseau // Émissions

Dans le cadre de son programme de lutte contre les changements climatiques, le gouvernement du Québec a mis en place un programme de subvention à l’achat d’automobiles électriques, un programme qui a reçu une grande visibilité médiatique grâce, entre autres, aux publicités annonçant l’installation de bornes de recharges dans diverses chaînes commerciales à travers le Québec.

En parallèle, et de manière beaucoup plus discrète, la Société de transport de Montréal a annoncé qu’à partir de 2017, elle n’achètera plus que des autobus hybrides alors qu’on apprend que l’électrification des trains de banlieue, dont celle du train de l’est, est retardée.

À la lumière de ces annonces conflictuelles, que doit-on comprendre de l’état du transport électrifié au Québec ? Est-ce vraiment un projet possible ? Et à quel coût ?

Pour nous aider à répondre à ces questions, je reçois cette semaine le physicien Pierre Langlois, auteur du livre « Rouler sans pétrole », publié aux éditions MultiMondes, et consultant sur la question auprès de nombreux organismes.

Merci à la Fondation familiale Trottier et au Fonds de recherche du Québec pour sa contribution à la production de cette émission.

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 58.5 Mo

 

Diffusion

Jeudi 24 mai à 13h30 sur les ondes de Radio Ville-Marie (91,3 FM)
Samedi 26 mai à 16h00, en rediffusion.

L’émission sera également disponible en téléversement sur cette page et en baladodiffusion sur la page Université de Montréal de iTunes U à partir de dimanche 27 mai.

Pour en savoir plus

Émietter le Québec

Mardi 15 mai 2012, par Normand Mousseau // Émissions

La protection du territoire est une affaire complexe. Dans le sud du Québec, la pression se fait avant tout sur les terres agricoles, cible constante des promoteurs immobiliers qui désirent élargir banlieues et lieux de villégiatures. La pression se fait également sur les forêts, qui ne cessent de rétrécir, attaquées de toutes parts, sans qu’on ne s’en aperçoive vraiment.

Alors que les territoires les plus propices à une diversité biologique se font gruger quotidiennement autour de nous, on peut se réconforter en pensant à l’immensité du nord du Québec, territoire vierge et sauvage. Mais est-ce bien le cas ? Avons-nous vraiment su préserver un tel environnement ? Les Québécois sont-ils aussi verts qu’ils le pensent ?

Pour répondre à ces questions, je reçois cette semaine le biologiste et vulgarisateur scientifique Michel Leboeuf. Naturaliste préoccupé tout particulièrement par la forêt, et rédacteur en chef de l’excellente revue Nature Sauvage, Michel Leboeuf a publié Nous n’irons plus au bois, en 2011, un ouvrage qui s’est mérité la première édition du prix Hubert-Reeves en vulgarisation scientifique. En 2012, il nous revient avec Le Québec en miettes, notre nature morcelée à l’heure du Plan Nord, publié aux éditions Orinha.

Merci à la Fondation familiale Trottier et au Fonds de recherche du Québec pour sa contribution à la production de cette émission.

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 56.9 Mo

 

Diffusion

Jeudi 17 mai à 13h30 sur les ondes de Radio Ville-Marie (91,3 FM)
Samedi 19 mai à 16h00, en rediffusion

L’émission sera également disponible en téléversement sur cette page et en baladodiffusion sur la page Université de Montréal de iTunes U à partir de dimanche 20 mai.

Pour en savoir plus

Le sans-fil est-il sans danger ?

Mercredi 9 mai 2012, par Normand Mousseau // Émissions

On observe, depuis quelques décennies, une multiplication des émetteurs et des récepteurs sans-fil — on pense aux antennes de ratio et de télévision, aux téléphones cellulaires, aux bornes wifi, aux compteurs "intelligents" d’Hydro-Québec. Dans ce contexte, il est tout à fait légitime de se demander si ces sources d’ondes électromagnétiques sont de nouveaux risques.

Dans les médias, le débat est chaud. D’un côté, on retrouve de nombreux groupes qui voient dans ces ondes une source de malaise ; de l’autre, de grandes sociétés de téléphone sans-fil ou, comme ici, Hydro-Québec, dont les comportements ne sont pas sans fautes.

Qui doit-on croire, alors que chaque côté arrive muni d’études qui se contredisent allègrement ?

Pour faire un peu de lumière sur cette question, je reçois mon collègue Richard Leonelli, professeur de physique à l’Université de Montréal, spécialiste des ondes électromagnétiques et des mesures optiques sous toutes ses formes.

Suite à de nombreuses affirmations publiées par divers groupes au sujet de risques possibles pour la santé vis-à-vis des émetteurs micro-ondes, Richard Leonelli s’est penché la question en toute indépendance, évaluant au mérite les divers études et rapports sur la question.

Il nous livre ici ses conclusions.

Merci à la Fondation familiale Trottier et au Fonds de recherche du Québec pour sa contribution à la production de cette émission.

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 63.6 Mo

 

Diffusion

Jeudi 10 mai à 13h30 sur les ondes de Radio Ville-Marie (91,3 FM)
Samedi 12 mai à 16h00, en rediffusion

L’émission sera également disponible en téléversement sur cette page et en baladodiffusion sur la page Université de Montréal de iTunes U à partir de dimanche 13 mai.

Pour en savoir plus

1 | ... | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20