Émissions

Dernier ajout : 26 avril 2017.

Derniers articles

Cristaux impossibles - le prix Nobel de chimie 2011

Mardi 29 novembre 2011, par Normand Mousseau // Émissions

En avril 1982, il y a près de 30 ans, Daniel Shechtman, qui avait alors 41 ans, étudiait une classe d’alliages à base d’aluminium et de manganèse lors d’un séjour sabbatique au National Bureau of Standards basé à Washington. Pour ce faire, il utilise un microscope électronique en mode diffraction, c’est-à-dire qu’il ne regarde pas les atomes directement, mais plutôt la position relative de chaque atome par rapport aux autres, mesurant effectivement la symétrie et le degré d’ordre des matériaux. À sa surprise, le patron de diffraction qu’il avait pris au microscope électronique montre une symétrie à cinq côtés. Connaissant bien, comme tout physicien de la matière condensée, les règles de la cristallographie, il sait que c’est impossible. Et pourtant, c’est bien ce qu’il voit. A t’il la berlue ?

La découverte des quasi-cristaux, c’est la lutte d’un chercheur contre sa communauté. C’est aussi la victoire de la nature sur les mathématiques.

Pour tout savoir sur cette découverte qui sort de l’ordinaire, ne manquez cet épisode de la Grande Équation où je vous raconte l’histoire de ces cristaux impossibles.

Merci à la Fondation familiale Trottier et au Fonds de recherche du Québec pour sa contribution à la production de cette émission.

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 54.2 Mo

 

Diffusion

Jeudi 1er décembre à 13h30 sur les ondes de Radio Ville-Marie (91,3 FM)
Samedi 3 décembre à 16h00, en rediffusion

L’émission sera également disponible en téléversement et en baladodiffusion sur le site de La Grande Équation et la page Université de Montréal de iTunes U.

Pavage de Penrose
Le mathématicien anglais Roger Penrose découvre qu’on peut remplir une surface en assemblant deux losanges de telle sorte que jamais le même motif se répète. (Source : Wikipedia.)

Pour en savoir plus

Le monde fascinant des insectes.

Mardi 22 novembre 2011, par Normand Mousseau // Émissions

Les insectes n’ont pas bonne presse, c’est certain. On aime les papillons, bien sûr, et peut-être les coccinelles. Mais que dire des fourmis, des mouches et des maringouins qui savent nous gâcher une soirée en famille ou une sortie en forêt ?

Si on réussit, pour quelques instants, à s’arracher à cette répulsion presque épidermique, il est difficile de ne pas voir ces bestioles avec une certaine fascination pour leur capacité d’adaptation, de survie et leur rôle absolument essentiel pour maintenir la vie sur notre planète.

Mon invité de cette semaine a pris le contrôle de ses émotions il y a déjà plus décennies lorsqu’il a décidé de faire de l’étude des insectes sa profession. Jean-Pierre Bourassa est professeur émérite en entomologie à l’Université du Québec à Trois-Rivières et un des grands piliers de ce domaine du savoir au Québec.

Jean-Pierre Bourassa fut premier directeur général de l’Insectarium de Montréal (1989-1990). Il est l’auteur, entre autres, de Le Virus du Nil occidental, avec Jacques Boisvert (MultiMondes, 2004) et de Le moustique par solidarité écologique publié chez Boréal en 2000.

Malgré une retraite pourtant bien remplie, Jean-Pierre Bourassa vient de publier Le monde fascinant des insectes aux Éditions MultiMondes, un éditeur spécialisé dans la vulgarisation scientifique. Il s’agit d’un ouvrage grand public unique qui nous raconte la petite histoire scientifique des insectes qui nous entourent et de leur adaptation à un monde toujours en mouvement.

Dans cette émission, Jean-Pierre Bourassa nous parle de son livre, de son amour des insectes et de leur évolution sur 450 millions d’années. Après cette rencontre, vous ne verrez plus jamais ces bestioles de la même manière !

Merci à la Fondation familiale Trottier et au Fonds de recherche du Québec pour sa contribution à la production de cette émission.

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 54.7 Mo

 

Diffusion

Jeudi 24 novembre à 13h30 sur les ondes de Radio Ville-Marie (91,3 FM)
Samedi 26 novembre à 16h00, en rediffusion

L’émission sera également disponible en téléversement et en baladodiffusion sur le site de La Grande Équation et la page Université de Montréal de iTunes U.

Pour en savoir plus

Doit-on avoir peur des produits chimiques ? Un siècle de chimie industrielle.

Mardi 15 novembre 2011, par Normand Mousseau // Émissions

Depuis une vingtaine d’années, livres et documentaires se multiplient sur le sujet des produits chimiques et de leurs impacts nocifs sur l’environnement et nous-mêmes.

C’est le cas, par exemple, du documentaire Homo toxicus de la réalisatrice Carole Poliquin et des livres Vilain petit canard de Rick Smith et Bruce Lourie et Notre poison quotidien : la responsabilité de l’industrie chimique dans l’épidémie des maladies chroniques par Marie-Monique Robin.

Ces ouvrages présentent une industrie chimique obsédée par les profits et prête tout pour continuer à produire et à vendre ses produits toxiques.

Qu’en est-il vraiment ?

Pour comprendre ce qu’il en est, je vous présente un panorama du développement de l’industrie chimique depuis le début du XXe siècle, en ciblant tout particulièrement les grandes crises qu’elle a causées et traversées depuis cinquante ans.

Après cette émission, ce sera à vous de décider où se trouve l’équilibre entre DDT et Bhopal, d’un côté, et une industrie alimentaire suffisamment productive pour nourrir la planète, de l’autre.

Cette émission s’inscrit dans le cadre d’une série de quatre soulignant l’année internationale de la chimie qui présente les succès, les échecs et les défis de cette science. Ne manquez pas les autres émissions que vous pourrez retrouver, au fil des semaines, sous l’onglet Chimie.

Bonne écoute !

Merci à la Fondation familiale Trottier et au Fonds de recherche du Québec pour sa contribution à la production de cette émission.

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 57.3 Mo

 

Diffusion

Jeudi 17 novembre à 13h30 sur les ondes de Radio Ville-Marie (91,3 FM)
Samedi 19 novembre à 16h00, en rediffusion

L’émission sera également disponible en téléversement et en baladodiffusion sur le site de La Grande Équation et la page Université de Montréal de iTunes U.

30 ans de découvertes en immunologie. Prix Nobel de médecine 2011

Mercredi 9 novembre 2011, par Normand Mousseau // Émissions

La capacité du vivant à se défendre contre les attaques d’autres organismes est cruciale pour la survie des espèces en général et de la nôtre en particulier. Or, le fonctionnement du système immunitaire est particulièrement complexe, même dans des organismes en apparence très simples, et ce n’est que tout récemment qu’on a réussi à mettre en valeur certains des mécanismes fondamentaux qui permettent à notre corps de se défendre contre les attaques extérieures.

Ce sont ces découvertes qui ont été récompensées par le comité Nobel cette année, des découvertes qui commencent avec les travaux de
Ralph M. Steinman, né à Montréal en 1943, mais qui a fait l’essentiel de sa carrière à l’Université Rockefeller de New York et qui se poursuivent avec les découvertes de Jules A. Hoffmann, un Luxembourgeois qui travaille à Strasbourg, en France, et de Bruce A. Beutler, un Américain né à Chicago et qui partage sont temps entre le Scripps Research Institute à La Jolla en Californie et l’Université du Texas à Dallas.

Pour nous parler des découvertes ayant mené au prix Nobel de médecine 2011, nous recevons Alain Lamarre, professeur en immunologie et virologie à l’Institut Armand-Frappier. Il nous raconte de manière très accessible l’aventure de ce Nobel.

Merci à la Fondation familiale Trottier et au Fonds de recherche du Québec pour sa contribution à la production de cette émission.

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 20.7 Mo

 

Diffusion

Jeudi 10 novembre à 13h30 sur les ondes de Radio Ville-Marie (91,3 FM)
Samedi 12 novembre à 16h00, en rediffusion

L’émission sera également disponible en téléversement et en baladodiffusion sur le site de La Grande Équation et la page Université de Montréal de iTunes U.

Pour en savoir plus

ACFAS. Une société savante comme on n’en fait plus.

Mardi 1er novembre 2011, par Normand Mousseau // Émissions

La science est une grande entreprise qui ne cesse de se spécialiser avec des chercheurs qui travaillent sur des sujets toujours plus pointus et obscurs. On peut regretter cette situation, mais elle est impossible à éviter : avec le savoir qui progresse, on repousse constamment les questions vers des domaines nouveaux qui représentent souvent les cas particuliers des théories générales. En parallèle, le nombre de chercheurs a explosé au cours des 100 dernières années et pour que chacun y trouve sa niche, il faut multiplier les sujets et les questions.

Le grand défi, pour la communauté scientifique, est de continuer à faire progresser le savoir tout en s’efforçant de rétablir un dialogue entre les spécialistes pointus de diverses disciplines et le grand public, incluant les décideurs, afin de faire partager ce savoir et d’éclairer les grands débats auquel notre société fait face.

C’est un des rôles que se donne l’ACFAS, l’Association francophone pour le savoir. Cette drôle d’organisation, qui n’a pas son pendant dans le reste Canada, n’est pas élitiste comme les académies. Elle n’est pas non plus limitée à une profession ou discipline. Elle embrasse, sans limites, toutes les disciplines du savoir.

À quoi peut donc servir une association qui ne rassemble pas nécessairement les plus grands spécialistes d’un domaine ni les meilleurs chercheurs du Canada français ? Pour le savoir, nous recevons cette semaine Pierre Noreau, président de l’ACFAS et professeur titulaire au Centre de recherche en droit public de l’Université de Montréal.

Merci à la Fondation familiale Trottier et au Fonds de recherche du Québec pour sa contribution à la production de cette émission.

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 23.4 Mo

 

Diffusion

Jeudi 3 novembre à 13h30 sur les ondes de Radio Ville-Marie (91,3 FM)
Samedi 5 novembre à 16h00, en rediffusion

L’émission est également disponible en baladodiffusion sur la page Université de Montréal de iTunes U.

Diffusion

L’émission sera également disponible en téléversement et en baladodiffusion sur le site de La Grande Équation et la page Université de Montréal de iTunes U.

Pour en savoir plus

Comment multiplier l’Univers par 15 ? Prix Nobel de physique 2011

Mercredi 26 octobre 2011, par Normand Mousseau // Émissions

Le prix Nobel de physique 2011 a été décerné à trois astrophysiciens américains — Saul Perlmutter, Brian Schmidt et Adam Riess — qui ont littéralement changé notre conception de l’Univers et des lois fondamentales qui le gouvernent.

Au milieu des années 1990, après près de 80 ans de débats, de théories et de découvertes, les astronomes, les physiciens et les cosmologistes s’entendaient sur une description relativement bien définie de l’expansion de l’Univers : celui-ci, après une phase d’expansion rapide suivant le Big bang, continuait de s’élargir, mais de plus en plus doucement. La question qu’il restait à traiter était claire : allait-il simplement s’arrêter et mourir doucement, ou rebondir, comme un élastique, et se refermer, dans un "Big crunch". Quelle que soit la réponse, elle offrait une certainement symétrie qui plaisait aux chercheurs.

En 1998, les travaux de Saul Perlmutter, Brian Schmidt et Adam Riess bouleversent cette compréhension développée au fil des décennies, en annonçant que, contrairement à toutes les théories, l’expansion de l’Univers allait toujours bon train et qu’au lieu de ralentir, elle accélérait. Seule explication : l’existence d’une énergie inconnue 15 fois plus importante que celle qu’on obtient en sommant la matière visible dans l’Univers.

Sans surprise, cette découverte jeta un émoi dans toute la communauté. En émoi, dont elle ne s’est pas encore totalement remise.

Pour comprendre plus en détail l’importance de cette découverte, je reçois à l’émission cette semaine Robert Lamontagne, astronome au Département de physique de l’Université de Montréal, directeur exécutif de l’Observatoire du Mont-Mégantic et grand communicateur.

Une émission à ne pas manquer si vous voulez comprendre comment une seule mesure a bouleversé à jamais la compréhension de notre Univers.

Cette émission s’inscrit dans une série sur les récipiendaires des prix Nobel scientifiques — chimie, médecine et physique. Elle tente de mettre en contexte ces découvertes et leur impact sur notre quotidien et notre compréhension du monde qui nous entoure. Ne manquez pas les deux autres émissions qui seront diffusées au cours de la saison d’automne 2011.

Merci à la Fondation familiale Trottier et au Fonds de recherche du Québec pour sa contribution à la production de cette émission.

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 57.7 Mo

 

Diffusion

Jeudi 27 octobre à 13h30 sur les ondes de Radio Ville-Marie (91,3 FM)
Samedi 29 octobre à 16h00, en rediffusion

L’émission est également disponible en baladodiffusion sur la page Université de Montréal de iTunes U.

Pour en savoir plus

Chimie et société

Mardi 18 octobre 2011, par Normand Mousseau // Émissions

Malgré l’importance de cette science pour l’humanité, la chimie a bien mauvaise presse. Les raisons sont multiples, bien sûr, mais la rareté des communicateurs scientifiques spécialisés dans ce domaine n’y est certainement pas étrangère. Il suffit de visiter la section « Sciences » de toute libraire pour découvrir plusieurs livres sur l’astronomie, la physique, les mathématiques et la biologie, mais pas, ou très peu, sur la chimie.

Le professeur Ariel Fenster, du Département de chimie de l’Université McGill, est une rare exception. Il se passionne pour la communication scientifique depuis plus de trois décennies et a fondé, il y a dix ans, l’Organisation pour la science et la société avec deux collègues de McGill.

Dans cette édition de la Grande Équation, Ariel Fenster discute de sa passion pour la vulgarisation scientifique ainsi que des relations souvent tendues entre la chimie et la société. Communicateur chevronné, il nous présente un plaidoyer pour l’approche et la culture scientifique.

Difficile de ne pas être convaincu après cette émission !

Merci à la Fondation familiale Trottier et au Fonds de recherche du Québec pour sa contribution à la production de cette émission.

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 23.4 Mo

 

Diffusion

Jeudi 20 octobre à 13h30 sur les ondes de Radio Ville-Marie (91,3 FM)
Samedi 22 octobre à 16h00, en rediffusion

L’émission est également disponible en baladodiffusion sur la page Université de Montréal de iTunes U.

Pour en savoir plus

Esprit ouvert, esprit troué : science ou pseudoscience ?

Mercredi 12 octobre 2011, par Normand Mousseau // Émissions

Serge Larivée est un sceptique dans le sens le plus profond du terme. Professeur à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal, il est un penseur iconoclaste qui n’hésite jamais à se remettre en question, en parfait accord avec la méthode scientifique et l’esprit rationnel qu’il défend avec une ardeur peu commune.

Cette position, qui n’est pas aussi généralisée qu’on pourrait le croire dans notre société moderne basée sur la technologie, l’amène à confronter sans arrêt la pseudoscience sous toutes ses formes.

Dans cette émission, Serge Larivée nous parle de ses études très originales sur la place de la science dans la société, place qu’il définit grâce à son galon à mesurer ! Il nous éclaire également sur les différences entre science et pseudoscience, des différences qu’on essaie constamment de camoufler.

Esprits ouverts ou esprit troué ? Qu’est-ce que vous préférez ?

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 21.8 Mo

 

Diffusion

Jeudi 13 octobre à 13h30 sur les ondes de Radio Ville-Marie
Samedi 15 octobre à 16h00 en rediffusion.

Cette émission sera également disponible en téléversement ici et en baladodiffusion sur la page Université de Montréal de iTunes U à compter de dimanche 16 octobre.

Pour en savoir plus

Les terres rares, un enjeu stratégique mondial.

Mercredi 5 octobre 2011, par Normand Mousseau // Émissions

À moins que vous ne suiviez l’industrie minière ou l’industrie électronique de très près, l’expression « terre rare » ne vous dit probablement pas grand-chose. Car les terres rares ne sont ni des terres, ni rare : ce sont des métaux qu’on retrouve en bonne quantité sur la planète.

Quel est le problème alors ?

Pendant longtemps, ces métaux étaient considérés comme une curiosité aux applications très limitées. Toutefois, depuis une trentaine d’années, ils sont devenus indispensables pour une foule d’applications de haute technologie et l’industrie de l’énergie verte.

Alors que la demande explose, la production de ces métaux, très difficiles à raffiner, est dominée par la Chine. Or, celle-ci n’a pas hésité à imposer un embargo pour le Japon, privant les grands groupes industriels de composés cruciaux à l’automne 2010 et tirant l’alarme pour les autres pays développés qui découvrent leur dépendance envers ces éléments et la Chine.

Dans cette émission, je vous raconte l’histoire de ces terres rares, expliquant l’importance souvent insoupçonnée de ces éléments sur votre vie de tous les jours, leurs origines, leurs utilisations et comment le Québec pourrait devenir un concurrent de la Chine dans ce domaine. Une histoire qui peut sembler un peu aride de prime abord, mais qui se révèle pleine de rebondissements !

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 23.3 Mo

 

Diffusion

À l’antenne de Radio Ville-Marie (91,3 FM)

Jeudi le 6 octobre à 13h30
Samedi le 8 octobre à 16h00 (rediffusion),

Baladodiffusion

Cette émission sera également disponible en téléversement sur cette page et
en baladodiffusion sur iTunes U dès vendredi :
La Grande Équation sur iTunes U

Pour en savoir Plus

Nourrir la planète : la chimie des engrais

Mardi 27 septembre 2011, par Normand Mousseau // Émissions

La découverte des procédés industriels permettant la production d’engrais synthétiques est l’une des plus grandes contributions de la chimie à l’humanité. Sans elle, il serait absolument impossible de nourrir les 7 milliards d’individus qui peuplent la planète aujourd’hui. L’histoire de la chimie des engrais est donc celle d’une science qui a permis d’améliorer le mieux-être de l’espèce humaine.

Cette histoire, c’est aussi, malheureusement, l’histoire d’une bestialité accrue. Car la chimie des engrais est aussi celle des explosifs et des développements qui ont facilité des massacres toujours plus grands grâce à l’amélioration des procédés.

Dans cette édition de La Grande Équation, Christian Reber, professeur de chimie à l’Université de Montréal, nous raconte comment la chimie des engrais s’est développée et quels furent ses impacts sur l’humanité et sur l’environnement. Il nous dit également si cent ans après la première fabrication d’engrais synthétique, il est possible enfin de s’en passer pour retourner à l’agriculture biologique.

Qui aurait pensé que les engrais représentaient un sujet si fascinant ?

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 57.8 Mo

 

Diffusion

À l’antenne de Radio Ville-Marie (91,3 FM)

Jeudi le 29 septembre à 13h30
Samedi le 1 octobre à 16h00 (rediffusion),

ainsi que vendredi le 30 septembre à 1h00 et dimanche le 2 octobre à 2h30.

Baladodiffusion

Cette émission sera également disponible en téléversement sur cette page et
en baladodiffusion sur iTunes U dès vendredi :
La Grande Équation sur iTunes U

Pour en savoir plus

1 | ... | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20